Et si Mozart rimait avec rockstar ?

Publié le par bookcr.over-blog.com

bandeau musiqueEn marge de leur tournée dans toute la France à partir du 22 septembre 2009, l’équipe de « l’Opéra Rock Mozart » venait présenter à Metz le futur spectacle produit par Albert Cohen et Dove Attia. Après « Les dix commandements » et « Le Roi Soleil », les voici en proie à un nouveau succès.

 

 Peut-on assimiler Mozart à une rockstar ? Le défi lancé par les deux producteurs, Dove Attia et Albert Cohen, prend tout son sens face à la personnalité du célèbre compositeur. L’autrichien ne se conforme pas aux codes de son époque. Autant par son attitude que par le statut d’indépendant qui lui est attribué. « Le personnage nous fournit tous les ingrédients nécessaires pour produire un beau programme», affirme enthousiaste Albert Cohen, coproducteur du projet. La volonté de rester dans des conceptions historiques, aspirant davantage aux rêves et aux fantasmes que les représentations modernes, anime le duo. L’Opéra Rock Mozart appartient à un tout autre registre que ceux prêtés habituellement aux deux producteurs. Depuis Starmania, rien d’égal n’avait investi les grandes scènes françaises.

 

Au programme, une soixantaine d’artistes, chanteurs, comédiens, danseurs et musiciens provenant du classique ou du rock se produiront dans le cadre de l’évènement. Mis en scène par Olivier Dahan, la transposition visuelle s’inscrit bien dans le contexte de l’époque. Les 18 tableaux présentant une scénographie différente resteront dans l’esprit du « Siècle des Lumières », tout comme les 360 costumes des acteurs. Le metteur en scène, couronné de succès avec « La Môme », s’essaye avec curiosité et passion à la réalisation d’un spectacle vivant. Lui-même musicien, il a déjà oeuvré dans le milieu, puisqu’il conçoit depuis 1992 des clips vidéos pour, entre autres,  Johnny Hallyday, Renaud et Florent Pagny. En collaboration avec le chorégraphe Daniel Stewart, il a ici élaboré une narration proche du personnage du virtuose, s’inspirant notamment du film « Amadeus » réalisé par Milos Forman.

 

Les protagonistes trépignent d’impatience avant les répétitions qui débuteront le 15 juillet prochain : « Notre amour pour Mozart ne date pas d’aujourd’hui », avance Solal qui interprètera le père du musicien. « Nous avons été choisis davantage pour nos points communs avec nos personnages que pour nos voix ou nos jeux d’acteurs », s’étonne Mélissa Mars, sœur du compositeur autrichien sur scène. Ambitieuse, la troupe de l’Opéra Rock ne cache pas ses intentions. Le projet se veut international. « Le genre voyage plutôt bien et nous avons établi dans ce sens une vraie équipe et une stratégie pour jouer dans le monde entier », garantit Albert Cohen. Les perspectives des producteurs demeurent cohérentes. Elles s’appuient sur un budget établi entre six et huit millions d’euros, et héritent de réactions positives. Le chef d’orchestre Hugues Reiner annonçant d’emblée à la troupe : « Mozart était une rockstar. La preuve, il est mort seul. »

séparation-copie-1logo LPC

Article publié sur La Plume Culturelle, le 13 mai 2009

Publié dans Articles Parus

Commenter cet article