Nouveau départ pour Crid'Art qui se dévoile à Metz

Publié le par C.R

bandeau culture-copie-1

La galerie d’art contemporain Crid’Art a définitivement posé ses valises à Metz. Située dans le quartier de l’Amphithéâtre, l’ancienne structure amnévilloise a ouvert ses portes au public depuis quelques jours.

 

  Nouveau lieu signifie généralement nouveau départ. Samedi 25 avril 2009, Crid’Art devient officiellement messine. Bernard Staudt, fondateur de la galerie, revient sur la fin de l’aventure avec Amnéville : « Le local à Amnéville correspondait à Crid’Art. Mais le site amnévillois est en pleine mutation, et l’art contemporain n’y a plus sa place. » Lors de notre précédent entretien avec le propriétaire des lieux, il nous faisait part d’un ras-le-bol palpable, notamment quant au peu de soutien des élus locaux. Son investissement pédagogique, par l’organisation de visites pour le milieu scolaire, manquait réellement de reconnaissance. « Nous ne refuserons pas de réitérer cela à Metz, mais nous avons décidé de ne plus en faire la promotion » se justifie Bernard Staudt. « Je reste très ouvert, mais je ne souhaite pas devenir promoteur d’arts, c’est plutôt par gentillesse que je les organisais. »

 

La capitale mosellane n'a, quant à elle, jamais caché son intérêt pour l’art contemporain. Metz, et particulièrement au sein de son quartier de l’Amphithéâtre, colle parfaitement à l’image de la galerie. « Au moment de l’inauguration, j’ai eu droit à la visite de nombreux élus messins », se réjouit Bernard Staudt. Un engouement des politiques pour sa structure ne peut que relancer sa  motivation. Le choix géographique n'est pas innocent non plus, puisque situé rue Lothaire, Crid’art reste à proximité du futur Centre Pompidou. 800m² de salles d’exposition, en attendant l’aménagement du parc extérieur actuellement en travaux, le nouveau local distille également une atmosphère particulière : « Nous ressentons de bonnes ondes », insiste le directeur de la structure. « L’énergie qui s’y dégage concernant l’art contemporain est évidente, quand l’ambiance générale du site d’Amnéville se caractérisait davantage par le business. »


Le public, lors des premières visites, semble impressionné par le nouveau cadre de l’exposant. « Les gens répondent présents au rendez-vous », affirme Bernard Staudt. « Ils apprécient le côté newyorkais de la galerie et l’esprit crachis fait que les peintures ressortent bien. » Face à ces remarques positives, le propriétaire ne cache pas sa satisfaction. Le public messin correspond davantage à la cible de Crid’Art, non pas en termes de vente mais par rapport à la connaissance du milieu : « La proportion d’achats des œuvres devrait être équivalente à ce que j’avais à Amnéville », justifie Bernard Staudt. « La qualité du public messin, de par sa culture de l’art contemporain, est un atout indéniable et appréciable. » Mais si le propriétaire souhaite s'adresser à de vrais amateurs d'art, il n'oublie pas de rentabiliser sa démarche en investissant également dans un parc d’expositions plus accessible au grand public. Ainsi, à partir du 25 septembre 2009, il proposera un concept innovant, à savoir la découverte de dinosaures vivants dans un projet baptisé « Dinovotion». Une première en Europe… à Amnéville-les-Thermes.
séparation-copie-1
logo LPC
Article publié sur La Plume Culturelle, le 1er mai 2009

Publié dans Articles Parus

Commenter cet article