Un brin de chamaillerie musicale avec les Tit Nassels

Publié le par C.R

bandeau_itw.jpg

Hier soir, les Roannais Axl et Sophie des Tit Nassels ont joué leur show sur la scène de Chez Paulette à Pagney derrière Barine (54), en compagnie des As de Trèfle. L'occasion pour la Plume Culturelle de vous faire découvrir ce duo qui s'attache à faire sourire, par des textes travaillés et criants de sympathie.

 

La Plume Culturelle : Sur scène, vous présentez un duo plutôt atypique. Parlez-nous de votre vieux couple, de vos débuts.

Les Tit Nassels : Nous étions au lycée ensemble, puis nous sommes allés faire nos études à Saint-Etienne. A ce moment-là, Axl était membre d’un groupe de rock qui jouait sur la scène régionale. Sophie de son côté faisait un peu de théâtre  mais ne chantait pas énormément. Et lors de soirées étudiantes, lorsque Axl sortait sa guitare et que Sophie l’accompagnait, nos amis nous ont encouragés à tenter quelque chose. Nous nous sommes produits ensuite grâce à un théâtre qui proposait des scènes ouvertes à Saint-Etienne. L’aventure des Tit Nassels s'est lancée ainsi et depuis elle continue...

LPC : Sur scène, les Tit Nassels, vous vous caractérisez par l’utilisation de nombreux instruments, tous aussi rocambolesques les uns que les autres.

LTN : Nous sommes vraiment autodidactes l’un comme l’autre et Sophie n’a pas du tout suivi de formation musicale. A la base, il n'y avait que deux voix, une guitare et un peu de synthétiseur. Il est arrivé un moment où Sophie s’ennuyait sur scène au synthé et nous avons donc fait entrer par exemple quelques percussions, un kazoo et d’autres rythmes loufoques. Sophie est devenue une vraie boulimique de petits instruments rigolos. Désormais dès qu’elle trouve dans un magasin de musique un instrument qui produit un son particulier elle s’en empare. Cela permet aussi de varier les mélodies, à deux on se trouve très vite limité.

LPC : Vous semblez dans vos compositions « chatouiller » la variété populaire, comme Céline Dion ou Lara Fabian. Pourquoi ?
 
LTN : Ce n’est bien sûr pas méchamment. De notre côté, nous nous efforçons de nous attacher aux textes et de dire joliment les choses.  Quand nous écoutons certaines chansons qui semblent avoir été écrites rapidement pour la variété, cela nous fait parfois sourire.

LPC : Sur scène, le public a tendance à se reconnaître dans le petit couple qui se chamaille pendant son concert.  Est-ce un effet voulu à la base, ou qui est arrivé naturellement ?

LTN : Nous sommes à la vie comme à la scène, même si on se brouille peut-être plus en concert. Les chamailleries nous sont arrivées naturellement sans que nous nous soyons posé la question au préalable. C’est devenu malgré nous notre marque de fabrique. Du coup, nous en jouons davantage.

LPC : Il y a maintenant une bonne dizaine d’années que les Tit Nassels sont sur la route. Combien de temps allez-vous encore pouvoir vous supporter ?

LTN : J’espère encore bien autant, voire plus. On continue notre petit bonhomme de chemin, on joue devant un public de plus en plus nombreux et cela nous va très bien comme ça. On ne peut que souhaiter que cela dure.

LPC : Comment se déroulent vos compositions ? Travaillez-vous ensemble ou chacun de votre côté ?

LTN : Au niveau des textes, nous travaillons chacun de notre côté. Nous n’avons pas encore réussi à écrire une chanson en commun. Pour la mélodie, nous la réalisons ensemble, après l’écriture du texte en général.

LPC : L’actualité musicale des Tit Nassels figure dans un best-of baptisé « Pêle-mêle ». Comment avez-vous choisi vos titres et est-ce « le meilleur » des Tit Nassels ?
 
LTN : A notre goût cela n’est peut-être pas le meilleur. Mais il s’agit des chansons préférées du public, celles qu’on nous demande le plus souvent en concert.

LPC : Il y a-t-il un prochain album prévu pour bientôt ?

LTN : On devrait rentrer en studio si tout va bien en fin d’année 2009 pour un album en 2010. Pour le moment, nous avons pas mal de dates à honorer jusqu’en septembre. L’histoire des Tit Nassels continue tranquillement.
séparation-copie-1
logo LPC
Article publié le 6 juin 2009 sur La Plume Culturelle

 

Publié dans Articles Parus

Commenter cet article